Méditation par ci, méditation par là, mais concrètement comment poser le premier pas dans cette pratique orientale? Je vous en ai parlé brièvement dans un épisode de podcast alors je me suis dit que j’allais vous proposer un guide de démarrage très simple en quelques notions ! Et cela vous prendra uniquement 5 minutes par jour ! Promis !

Dans mon article sur le repos, je faisais état de difficultés que nous avons gentils occidentaux : l’incapacité de se poser, la peur du repos, la culpabilité de l’immobilisme. Alors pourquoi? Parce que notre civilisation nous incite depuis de nombreux siècles à bouger, à s’activer avec ferveur et parfois rage afin de faire avancer… on se sait quoi, vers un avenir qui nous échappe quoiqu’il arrive. Ce besoin incessant d’extériorisation devient tel que nous créons inconsciemment une peur de l’intériorité. Seulement aujourd’hui, le BURN OUT est devenu une sorte de norme sociale avec des quotas, des moyennes, des chiffres, des stats… et l’humain dans tout ça?

Que peut m’apporter la méditation?

Nous sommes constamment envahi de pensées, tout le temps, à chaque instant une pensée apparaît pour en laisser venir une autre. L’être humain produit en moyenne 60 000 pensées par jour dont 12 000 positives et 48 000 négatives. Je vous laisse digérer l’information un moment. C’est bon? Mais alors quel est le rapport avec la méditation? Et bien cette pratique vieille de plus de 4 500 ans nous apprend à faire le tri, à décanter le tourbillon de nos pensées pour laisser émerger un état de conscience plus clair et plus en paix.

Le maître zen Taisen Deshimaru prend la métaphore de l’eau boueuse et du lotus. L’eau boueuse représente notre état d’esprit en temps normal dépassé par nos pensées. La méditation est le calme qui permet à l’eau claire d’apparaître à la surface. Grâce à cette étape, le lotus va pouvoir germer et pousser dans le fond de l’eau.


Zoom sur l’origine de la méditation

Comme je vous l’ai annoncé plus haut, la méditation a vu le jour il y a environ 4500 ans en Inde. La pratique du yoga y est presque indissociable puisque les premières représentations rupestres montrent un yogi en position de lotus, gravé dans la roche. Les exercices physiques apparaissent comme dans le hatha yoga, et peuvent parfois être plus immobiles comme dans le raja yoga. Cependant si nous ne devions parler d’un seul personnage historique, ce serait Siddartha Gautama (Bouddha), il y a 2 500 ans. Il a ainsi codifié de façon relativement simple la pratique assise de la méditation. Une méditation qui est attentive à la respiration et au flot des pensées, le dos droit, les yeux mi-clos. Cette dernière approche de la méditation assise immobile se retrouve également dans les écoles du ch’an chinois, du bouddhisme tibétain ou encore du zen japonais.


Les bienfaits sur la santé

À priori la méditation et la naturopathie n’ont pas beaucoup de liens directs… Et pourtant ! Puisque la méditation a de nombreux bienfaits sur la santé. Vous trouverez désormais de nombreuses études scientifiques qui prouvent les bénéfices d’une pratique journalière.
En effet, elle est bénéfique à la fois sur le plan psychologique, physiologique et également énergétique. Sa pratique régulière permet d’améliorer certains états d’anxiété, de stress et voire même de dépression. Comme j’ai pu vous l’expliquer dans d’autres articles ou épisodes de podcast, elle travaille non seulement sur notre appareil psychique mais également sur notre humeur quotidienne.

Elle nous aide à améliorer principalement :

  • L’humeur et le bien-être émotionnel
  • Le sommeil
  • L’hypertension artérielle
  • La mobilisation de l’activité cérébrale
  • La gestion de la douleur

« Un chemin de mille lieues commence toujours par un premier pas. »

Lao Tseu

Commencer pas à pas

Se créer une pratique personnalisée, c’est le premier conseil que je pourrais vous donner. Vous pouvez commencer par vous renseigner un peu plus sur les origines de cette pratique, ou pas. Vous pouvez lire des bouquins qui parlent de méditation avec des audios intégrées, ou pas. Vous pouvez regarder des vidéos youtube ou des podcasts sur je sujet, ou… pas :). Libre à vous de vous orienter vers une forme d’information. Et puis ensuite et bien il faut mettre la main à la pâte !

Créer son cocon de méditation

En dehors de la méditation de pleine conscience (dont je ferai un article spécifique), il est conseillé de commencer par se créer un véritable lieu de paix extérieur. Je parle toujours dans une optique de découverte, vous verrez qu’avec le temps vous pourrez méditer n’importe où.

Dans votre chambre à coucher, dans un coin du salon, sur la terrasse de votre maison ou sur votre balcon donnant sur de la végétation, … À vous de créer un petit nid douillet où vous passerez pour commencer 5 min par jour et pourquoi pas augmenter progressivement si le cœur et l’esprit vous le réclame, de belles périodes de calme intérieur.

En somme, l’important est de choisir un endroit calme, où vous serez sûr de ne pas être dérangé. Choisissez un endroit où l’ambiance, l’atmosphère est agréable et si possible le moins chargé en énergies négatives. Typiquement si vous venez tout juste de vous disputer avec votre conjoint dans la pièce qui était dédié à la méditation et que vous souhaitez pratiquer pour faire retomber la pression. Il sera peut être bon de nettoyer la pièce avec de l’encens ou toute autre méthode, ou alors de changer provisoirement de lieu à cet instant.

Vous pouvez créer également une sorte de rituel ou même un petit autel avec des galets, des bougies, de l’encens, des images reposantes, tout ce qui vous permettra de vous mettre dans les meilleures conditions.
Le principal étant que vous soyez bien chez vous, c’est à dire à l’intérieur de vous.

La posture

La méditation se pratique traditionnellement assise en lotus, seulement nous ne sommes pas tous égaux en terme de souplesse ou de douleurs physiques. Les deux principales règles à garder en tête pour se positionner : ni trop rigide, ni trop lâche.

Assis sur le sol

Installé sur un coussin ferme cela favorise une meilleure posture de la colonne vertébrale. Les jambes sont en tailleur, en lotus ou même allongé sur le sol, les épaules relâchées, le menton légèrement rentré. Les mains posées sur les cuisses paumes tournées vers le ciel et enfin les yeux mi-clos avec le regard qui tombe devant soi, sans forcer.

Assis sur une chaise

Les pieds bien à plat, écartés de la largeur du bassin, les jambes pliées forment un angle droit, la colonne vertébrale est droite bien déroulée, les épaules sont relâchées, le menton est légèrement rentré pour soulager la nuque. Cette posture est parfaite pour les personnes qui ont des problèmes de circulation sanguine, lombalgie ou encore pour faire votre pause de méditation au bureau !

Allongé sur le dos

Quant à la position allongée, il est préférable d’opter pour un matelas ferme, puisque dans le lit on voit arriver la grosse sieste et ici le principe est de rester conscient de votre pratique ! 😉 Vous pouvez aussi pratiquer dans l’herbe ou sur le sable… Les bras reposent délicatement le long du buste, les paumes tournées vers le ciel, les omoplates reposent bien à plat, les jambes sont légèrement écartées (un coussin peut être placé sous les lombaires) avec les pieds ouverts vers l’extérieur. De plus, vous pouvez également ouvrir un peu plus les jambes en les pliants comme une grenouille afin d’ouvrir le bassin. Dans ce cas vous pouvez placer des coussins sous vos genoux.

Le bon moment

Dans l’ensemble, on est d’accord que la méditation doit se pratiquer avec plaisir et envie. Seulement l’esprit a certaines résistances face au changement et il est toujours intéressant d’aller creuser un peu quand le mental résiste alors je vous conseille de faire de la méditation un rendez-vous régulier comme on peut prendre sa douche tous les matins. En définitive, vous pouvez commencer par 5 min par jour et jusqu’à 15 min dans l’idéal ou même plus.

La respiration

C’est la base de toute forme de relaxation et donc dans la méditation cela prend une grande place. C’est pourquoi elle doit être ample, régulière et nasale afin de détendre le corps, apaiser l’esprit et caler nos différentes fonctions physiologiques sur le même rythme comme on peut le voir en cohérence cardiaque.

Les distractions

Différents obstacles peuvent intervenir lors d’une séance de méditation :

  • Sensations d’inconfort,
  • Bruits ambiants
  • Pensées incessantes et répétitives
  • Stress
  • Interruption d’une tierce personne ou du téléphone

Petit scoop, il ne suffit pas de se mettre en position pour que la paix intérieur s’installe en quelques minutes ! En effet c’est un nouveau type d’apprentissage à envisager. Avec le temps et la pratique on apprend à s’accueillir dans le silence ou la musique ambiante. On apprend à accueillir les pensées et les émotions qui interviennent afin de peu à peu devenir de plus en plus en paix avec son intériorité. Le mental a horreur du vide, il est constamment en activité toute la journée (et même la nuit), nous sommes en perpétuel interaction avec le tout. Alors effectivement cela peut faire un peu peur de devoir accueillir le calme ou les parts d’ombre qui se trouvent en nous.
Et progressivement, le corps se détend et les pensées s’apaisent, c’est la magie de la méditation !

Dans tous les cas, j’espère que cet article vous donnera envie de découvrir ou de redécouvrir la méditation. Je vous prépare un autre article avec des exercices concrets afin que vous trouviez votre propre pratique de la méditation, car il s’agit avant tout d’en faire une activité qui vous corresponde et vous fasse du bien. Si vous vous mettez une grosse pression, ou si vous pensez ne pas y arriver, accueillez l’émotion, sans la juger et laissez la partir comme une pensée lors de la méditation et RESPIREZ ! 😉

Belle journée !
À bientôt


Retrouvez l’épisode sur ce même thème dans le podcast 🌿Dans ma Nature🌿

Écouter l’épisode

Retrouvez-moi également sur Pinterest !


Articles récents

Leave a comment

Résoudre : *
23 − 6 =