Pisse Mémé ou simple eau chaude, la tisane a longtemps été moquée. Depuis plusieurs années, je lui vaut un véritable culte ! L’infusion devient passion, l’infusion revient en force mes compagnons ! (pardon je m’enflamme…)

Histoire de plantes

L’infusion, l’un des plus vieux remèdes du monde. On la retrouve dans des textes, dans des grimoires, de l’Antiquité à nos jours, elle a fait ses preuves. On l’utilise en prévention ou pour accompagner les petits maux du quotidien. De façon ponctuelle ou en cure, elle nous permet de faire face à de petits rhumes et nous réconforte les dimanches grises mines.

Hildegarde de Bingen, abbesse vivant au XIIe siècle, poétesse et musicienne, est considérée comme la première véritable phytothérapeute moderne. Ses découvertes et recettes de plantes ont été transmises de génération en génération. Les principales préparations étaient des macérations de plantes dans du vin… par contre attendez un peu, oui oui je vous vois venir ! Rappelez-vous qu’au Moyen-Âge le vin était préférable à l’eau, étant donné que cette dernière pouvant transmettre des maladies.

De nos jours, l’eau est potable, quoiqu’il est préférable d’utiliser une eau filtrée (en bouteille pour les plus puristes). Ainsi vous pourrez bénéficier d’une grande partie des propriétés des plantes, en adoptant bien entendu la bonne préparation.

Préparation

Infusion

Plusieurs méthodes existent, j’alterne entre ces deux là :

1 cuillère à soupe de plante pour 25cl d’eau

  • Dans une casserole d’eau, plongez la ou les plantes sèches ou fraiches, couvrez. Attendez que l’eau frémisse pour couper le feu et laissez encore 2-3 min infuser, un peu plus pour les plantes sèches. Je conseille cette méthode surtout pour les fleurs, plus fragiles et délicates.
  • Dans de l’eau déjà portée à ébullition (casserole ou bouilloire), plongez les plantes dans l’eau, hors du feu, couvrez et laissez infuser 5 à 10 min avant de filtrer.

Infusion à froid : Quand l’été arrive et que la chaleur fait son apparition, une eau fraiche où nagent quelques feuilles de menthe et une tranche de citron, c’est une merveille !

Pourquoi couvrir ? Les plantes sont dotées d’huiles essentielles et certaines molécules aromatiques sont volatiles.

Décoction

À première vue, il s’agit quasiment des mêmes procédés, seulement cela concerne toutes les plantes un peu épaisses, les racines, les parties ligneuses, les écorces, les tiges, … On plonge la plante dans l’eau, on porte à ébullition, on laisse bouillir quelques minutes (toujours couvrir), on coupe le feu et laisse encore quelques minutes infuser. On filtre et on déguste. C’est le genre de préparation que l’on peut faire un peu à l’avance, dans le thermos ou boire froid le reste de la journée.

Utilisation

Occasionnellement : Si vous êtes fanatiquement attiré par les infusions et tisanes, comme je peux l’être, n’hésitez pas à changer de plante régulièrement et à faire quelques pauses de temps à autre. Les principes actifs sont certes moindre que pour un extrait de plante ou une macération de bourgeons toutefois ils sont présents.

En cure : À partir de 2 tasses de tisane (soit 50 cl) par jour, il s’agit d’une utilisation thérapeutique, ne pas dépasser 1L/jour. Il est vivement déconseillé d’en boire plus pour l’effet diurétique (perte d’eau) des plantes, ce qui pourrait fragiliser les reins. La cure ne dépasse pas les 3 semaines avec toutefois la possibilité de réitérer l’opération avec une semaine de pause entre les deux cures.

Quelques exemples d’infusion

Voici quelques plantes que vous pouvez trouver facilement dans le commerce. Sachez bien choisir vos plantes (bio) ou vos endroits de cueillette. En effet, toutes les traces de pesticides ou de toxines contenus dans la plante seront relargués dans les premières minutes d’infusion (et on en parle du thé? c’est un autre sujet…).

Digestion globale : anis vert, aneth, coriandre, carvi, fenouil, basilic, thym, sarriette, origan, réglisse (interdit en cas d’hypertension), fenugrec, gentiane, chicorée, artichaut (feuille), boldo, pissenlit, chardon marie, menthe, menthe poivrée, …

Peau, ongle, cheveux : bardane (éviter en cas de diabète), pensée sauvage, ortie, prêle, tige de bambou, bouleau, …

ORL : ronce, thym, plantain, hysope, mauve, guimauve, genièvre, bouillon blanc, coquelicot, …

Système nerveux, stress : aubépine (éviter en cas d’hypotension), matricaire, passiflore, lavande, coquelicot, …

J’espère que cet article vous aura donné envie de reprendre contact avec les infusions ! N’hésitez pas à partager vos infu chouchoutes ! 😉

En cas de doute, faites appel à votre médecin traitant ou demander conseil auprès d’un praticien de santé naturel certifié.


Retrouvez-moi également sur Pinterest !


Articles récents

Leave a comment

Résoudre : *
9 × 23 =